BCEAO Governor Tiémoko Meyliet Koné opens member training on MSME finanance on 4 October 2021.

4 October 2021

BCEAO-AFI Virtual Member Training on Policies Supporting MSME Financing

BCEAO Governor Tiémoko Meyliet Koné

4 October 2021. 

Monsieur le Directeur Exécutif de l’Alliance pour l’Inclusion Financière, 

Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions membres du Réseau de l’AFI,

Mesdames et Messieurs les participants,

C’est avec grand plaisir que je préside la présente cérémonie d’ouverture de la formation virtuelle sur les politiques en faveur du financement des micro, petites et moyennes entreprises.

Je voudrais commencer par féliciter mon cher ami Alfred HANNIG, Directeur Exécutif de l’AFI, et toute son équipe, pour l’initiative de l’organisation de cette formation virtuelle.

Je voudrais également saluer la présence de toutes les personnes, ici connectées, qui ont accepté de partager leurs expériences ainsi que leurs réflexions sur les meilleures pratiques en matière de financement des micro, petites et moyennes entreprises.

Mesdames et Messieurs,

La problématique du financement des micro, petites et moyennes entreprises revêt à mes yeux une grande importance. 

Comme vous le savez, les micro, petites et moyennes entreprises constituent l’armature du tissu économique des pays à travers le monde.

Elles participent de façon significative à la création de la richesse et emploient une frange importante de la population active, en particulier les jeunes et les femmes.

Dès lors, les conditions pour leur promotion et leur développement constituent un impératif pour tous les acteurs de l’écosystème qui gravitent autour de cette catégorie d’entreprises. Il s’agit notamment des États, des institutions de financement et de régulation.

Les enjeux sont énormes et les objectifs à atteindre sont importants. Les Micro, Petites et Moyennes Entreprises doivent permettre la promotion de nouveaux modèles d’activités, faire reculer le chômage pour soutenir une croissance forte et inclusive.

Toutefois, les Micro, Petites et Moyennes Entreprises sont toujours confrontées à la contrainte de l’accès au financement, qui empêche le plein déploiement de leur potentiel de croissance.

Par exemple, dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, l’encours des crédits alloués aux petites entreprises représente à peine 13,0% de l’ensemble du financement bancaire entre 2018 et 2020.

C’est pour cette raison que les instances de l’UEMOA ont décidé de mettre en place, en septembre 2015, un Dispositif de soutien au financement des PME/PMI par les établissements de crédit, sous la supervision de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Le processus qui a conduit à l’élaboration de ce Dispositif repose sur le constat que le financement bancaire des micro, petites et moyennes entreprises n’est pas de la responsabilité des seuls établissements de crédit.

Il requiert l’intervention de tous les acteurs de l’écosystème, à savoir, les Etats, les structures d’encadrement, les établissements de crédit et la Banque Centrale, avec une articulation précise des rôles et des responsabilités.  

Par ailleurs, l’analyse que nous avons fait de l’existant a révélé que le financement bancaire des PME ne peut pas reposer uniquement sur des mécanismes de garantie, qui ont, dans la quasi-totalité des cas, montré leurs limites.

Il faut par conséquent une approche novatrice, basée sur une minimisation des risques pour la Petite et Moyenne entreprise. Ce qui requiert un partage de responsabilité entre les différentes parties prenantes de l’écosystème.

Mesdames et Messieurs,

La présentation détaillée de ce Dispositif, qui sera faite au cours de la présente formation virtuelle, vous permettra de mieux comprendre l’approche adoptée et les raisons des choix opérés. Comme tout dispositif, il doit évidemment être perfectible et s’adapter aux évolutions nécessaires à un financement adéquat des PME.

Cette tribune devrait être l’occasion de permettre aussi d’approfondir la réflexion sur le financement, sur le développement de ces structures, particulièrement dans un contexte de préparation de la reprise post-Covid. 

Si nous voulons rebâtir nos économies sur des bases plus résilientes, il nous faut une masse critique de micro, petites et moyennes entreprises dynamiques, capables de favoriser une croissance pérenne.

Je suis persuadé que les échanges au cours de cette rencontre permettront à tous les participants de tirer le meilleur parti des expériences des uns et des autres pour atteindre cet objectif.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, pour terminer, souhaiter plein succès à vos travaux, et déclarer ouverte la formation virtuelle des membres de l’AFI sur les politiques de soutien au financement des micro, petites et moyennes entreprises.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.


© Alliance for Financial Inclusion 2009-2021